Acide Phytique: anti-nutriment ou super-nutriment? (2)

Déc 3rd
image acide phytique

Nous avons donc vu dans la première partie de cette article que les aliments riches en acide phytiques (les céréales, légumineuses, noix et graines) sont riches en toutes sortes de micronutriments.

En plus, il se trouve que l’acide phytique a des qualités de super-nutriment qui nous protègent contre les maladies cardiovasculaires, le diabètes, les calculs rénaux et même le cancer!

En se liant aux sels minéraux dans les intestins, il empêche la formation de radicaux libres et devient donc un antioxidant puissant. On peut mentionner en passant que l’industrie de l’agroalimentaire ajoute des phytates à la viande pour stabiliser les graisses qui commencent à s’oxyder dès le meurtre de l’animal (1).

L’acide phytique ou IP6 est donc un agent protecteur contre une multitude de maladies, mais il est le plus impressionnant dans son rôle contre le cancer. L’IP6 est rapidement absorbé par l’intestin et ensuite par les cellules cancéreuses dans tout le corps.

En plus, il lutte contre toutes les cellules cancéreuses: leucémie, cancer du sein (oestrogène dépendant ou pas), cancer cervical, cancer de la prostate, cancer du foie et du pancréas etc. et pourtant il n’interfère pas avec le fonctionnement normal des cellules saines.

L’acide phytique  possède des effets antioxydants, anti-inflammatoires, détoxifiants, sur le contrôle de la différentiation et l’apoptose et sur l’anti-angiogénèse: en résumé, il combat toutes les étapes qui rendent une tumeur maligne (2, 3, 4, 5, 6, 7).

Il se trouve aussi que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’acide phytique a un effet protecteur contre l’ostéoporose. Les tests sur animaux (chiens et rats) avaient démontré un ramollissement des os quand on leur donne une alimentation riche en acide phytique, d’où la  mauvaise presse, et ensuite lors d’études sur les humains, on a découvert qu’en fait l’équilibre de calcium est maintenu sur le long terme (8) (encore une raison pourquoi les tests sur animaux sont inutiles, cruels et trompeurs).

En plus, si l’on compare les personnes ayant un régime riche ou pauvre en acide phytique, le régime pauvre en acide phytique montre une densité osseuse bien moins importante (9).

Comme d’habitude, nous réalisons que notre façon réductionniste d’étudier l’alimentation amène à de fausses conclusions, que si l’on prend les aliments dans leur entier, on voit qu’ils ne sont pas limités à un élément bon ou mauvais. C’est la synergie de tout ce qui les constitue qui va les mettre plutôt dans une catégorie ou une autre.

A votre Santé,
Dr Laurence Froidevaux

 

9 Comment on “Acide Phytique: anti-nutriment ou super-nutriment? (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *